Faire soi-même son compost

Aujourd’hui, dans le but de préserver et protéger l’environnement, les écologistes se mobilisent pour encourager les gens à vivre de manière écolo.

Cette méthode a porté ses fruits étant donné que depuis 2016, de plus en plus de personnes commencent à consommer bio, à vivre avec l’objectif zéro déchet, à planter des arbres, etc. Pour ceux qui possèdent un espace vert dans leur propriété, l’utilisation de fertilisant, de pesticide et de compost naturel, sans aucun produit chimique, est encouragée. C’est une alternative qui permet à la fois de réduire les risques de la pollution de l’atmosphère, mais aussi qui permet à nos plantations de prendre de l’ampleur sans aucune présence de toxine dans les racines. Alors, vous souhaitez savoir comment faire du compost ? Retrouvez les conseils pour faire un compost soi-même dans cet article.

Zoom sur le compost

Pour procéder à l’entretien écologique du jardin, la première étape c’est de fabriquer son compost soi-même. Mais qu’est ce que c’est ? Le compost est en effet un produit obtenu par la fermentation de déchets organiques ou de déchets végétaux. Pour que cette fermentation soit optimisée, il faudra veiller à ce que le taux d’humidité soit élevé et que le tout soit bien aéré. Quand on parle de déchets organiques, il s’agit des épluchures de fruits, de légumes, de reste de repas, de thé, de café, de miette de pain, de papier et de carton alimentaire. Pour les déchets de nos jardins, il s’agit des mauvaises herbes, des feuilles, des fleurs, des plantes fanées, des tontes de gazon et des déchets de nos potagers.

Les étapes à suivre pour réussir un compost

Un point essentiel à prendre en compte, c’est le fait que la durée de transformation des déchets organiques et végétaux est d’environ 6 à 12 mois.

  • La première étape à faire, c’est avant tout de savoir alterner les couches de matières riches en azote, c’est-à-dire les déchets de tonte, les feuilles et les détritus de cuisine avec les couches de matières sèches (papier, carton, écorce, etc.).
  • La deuxième étape consiste à mélanger ses couches régulièrement afin d’aérer votre compost.
  • Ensuite il est important de fractionner les apports de matière. De cette façon, les bactéries pourront digérer le mélange. Vous pouvez ajouter de nouveaux déchets, mais faites attention à ne pas trop en faire.
  • Enfin, veillez à maintenir le mélange humide sans verser trop d’eau. Il est nécessaire d’arroser le mélange en pluie fine et dans le cas où vous pensez avoir versé trop d’eau, ajoutez de la matière sèche.

Lorsque vous ne distinguerez plus les déchets d’origine, ceci est signe que votre compost est mûr.

Les méthodes de compostages

Pour composter dans votre jardin, vous avez 3 méthodes de compostages : le compostage en tas, le compostage en silo et le compostage en surface. Le choix devra se faire en fonction de la surface de votre espace vert. Par exemple, si vous disposez d’un terrain assez grand, le compostage en tas est à privilégier. Il suffit de mettre les déchets organiques en tas dans votre jardin, dans un coin ombragé et remuer fréquemment. Pour les surfaces réduites, le compostage en silo est recommandé. C’est une méthode très esthétique qui permet de gagner de la place dans votre espace vert. Il suffit de remplir votre silo avec des déchets organiques et des déchets végétaux dans un bac en plastique. Pour créer une parcelle entre 2 cultures, optez pour le compostage de surface.