Au petit soin pour son jardin

Avoir un beau jardin, avec des plantes en pleine santé ? Comme dans la nature ? Seulement voilà, un jardin, ce n’est pas la nature, c’est du végétal civilisé. C’est une maison de verdure qui exige de l’entretien toute l’année. Pour être en bonne santé, plantes et fleurs doivent s’épanouir en harmonie. Tout compte dans l’art de jardiner : le choix des essences, le moment de planter, de tailler, la façon de nourrir la terre… Jardiner est une affaire d’esthétique, mais aussi d’équilibre. Pour être belles, vos plantes doivent être bien dans leur terre. Quelques conseils pour avoir un jardin en bonne santé.

Un jardin peut être malade ?

Les jardins sont vivants et donc fatalement exposés aux maladies. Des maladies d’origines organiques (champignons, bactéries, virus…) ou physiologiques. Dans ce dernier cas, ce sont des pollutions ou des carences du sol qui sont en cause :

  • présence de produits chimiques ;
  • manque de nutriment ;
  • ou faible alimentation en eau.

Une analyse de la terre vous le précisera.
Les plus répandues des maladies du jardin sont des champignons microscopiques : le mildiou, la rouille ou encore l’oïdium. Il existe des traitements avec des produits basiques : le bicarbonate est très efficace contre le mildiou.
Ne pas confondre ces fléaux du jardin avec les nuisibles. Pucerons, limaces ou escargots sont ainsi nommés quand ils sont en excès. Comme tous les animaux et insectes qui peuplent le jardin, limaces et escargots font partie de sa biodiversité. On appréciera qu’ils digèrent feuilles mortes et déchets végétaux pour fertiliser la terre, moins qu’ils dévorent les salades. Avis et conseils divergent dans les livres de jardinage, tout est surtout question de quantité.

Un jardin c’est d’abord un sol

Un sol en bonne santé doit être en capacité de nourrir les arbres et plantes qu’il accueille. Le recours aux engrais et produits chimiques est une solution qui finit par l’épuiser. Mieux vaut compter sur l’activité biologique du sol. Faune microbienne, vers, champignons, insectes, oiseaux… Tous les animaux contribuent à la décomposition des matières organiques. C’est ce qui procure au sol ses nutriments. Parmi eux, l’azote est essentiel. Les légumineuses (trèfles, vesces…) en sont richement pourvues. On peut donner un coup d’accélérateur à la nature tout en restant bio ! Utilisez du compost, du fumier pour booster le processus. Vous aurez accompli une partie du travail naturel de décomposition, et fournirez un terreau riche à vous fleurs et légumes.

Planter en cohérence avec l’environnement

On ne plante pas un olivier dans le nord de la France. C’est lui donner peu de chance d’être en bonne santé. Cultiver et jardiner se font en fonction du climat et de la nature du sol. Le moment de semer et planter est essentiel, il faut respecter les cycles naturels. Pour une plante, le choix de l’emplacement dans votre jardin compte aussi. Certaines aiment le soleil, d’autres l’ombre des arbres ou la fraîcheur d’une lisière de bois.

Jardin et potager : les bonnes associations du naturel

Savez-vous que les plantes s’entraident ? Plantez vos tomates à côté des choux. Elles se gorgeront de soleil et feront de l’ombre au chou qui préfère la fraîcheur. Du maïs doux planté avec un peu d’avance au milieu de haricots verts leur servira de tuteur. Il existe une multitude d’associations pour stimuler la croissance, repousser les insectes ou parfois les attirer pour les éloigner d’autres plantes :

  • Les oeillets d’Inde repoussent les pucerons.
  • Le souci éloigne les parasites de la tomate.
  • Le thym fait fuir les mouches, qui attaquent les carottes.

Les engrais verts pour un jardin en bonne santé

Il ne s’agit pas de produits bio que l’on répand. On appelle engrais verts des plantes à croissance rapide qui vont également se décomposer rapidement. Ces plantes favorisent l’activité biologique du sol et sa fertilité. Le but est d’occuper le sol entre deux cultures, pour permettre à la terre de se préparer à recevoir la prochaine. Il est d’ailleurs déconseillé de laisser une parcelle nue entre deux semis. Par exemple, pour passer la sécheresse de l’été, plantez du sarrasin. Il résiste très bien et étouffe les mauvaises herbes. Les racines aèrent la terre qui sera d’autant plus accueillante à l’automne. Complétez avec du trèfle, une culture qui produit un apport en azote. C’est le principe de la jachère, qu’il ne faut pas confondre avec la friche.

Le cas du jardin d’hiver

Les paramètres sont tout autres pour un jardin intérieur, qui sera moins soumis aux saisons et aléas naturels. Dans votre maison, choisissez un lieu où entrées d’air et de lumière sont généreuses. Parce qu’ils peuvent apporter des parasites, tâchez d’en éloigner les animaux domestiques. Comme pour l’extérieur, choisissez les plantes d’intérieur en fonction de l’exposition au soleil.

La santé du jardin, est aussi la vôtre !

Pratiquer le jardinage bio, sans pesticides, en préférant les fertilisants naturels, entretient la vie dans le sol. Vous pouvez aussi désherber à l’eau bouillante, technique efficace et qui ne laisse pas de résidus. Votre jardin en pleine santé vous le rendra en procurant légumes et fruits bios, plus sains pour votre alimentation. Enfin, le jardin, c’est aussi votre santé ! Avoir un jardin ce n’est pas fait pour rester à l’intérieur de votre maison ! Le jardinage, c’est pour votre jardin, et pour votre santé aussi. Bouger, prendre la lumière du soleil… pour le corps. Et pour le bien-être de l’esprit, écouter le chant des oiseaux, regarder les plantes qui poussent… Action et contemplation. Votre petit coin de paradis.

Paysagiste en France : conseils en jardinage