Le repos, secret beauté de votre jardin

Vous êtes fier des fruits et légumes de votre potager ? Et encore plus des fleurs de votre jardin ! L’entretien de vos plantations est un travail qui court tout au long de l’année. Semis, taille, éliminations des mauvaises herbes… Mais les plantes ne sont pas les seules qui ont besoin d’un jardinier. La terre elle aussi demande de l’entretien. Les engrais, bios comme le compost ou synthétiques, ne suffisent pas à votre sol pour conserver sa capacité à nourrir les plantations qu’il accueille. Le sol a besoin de repos pour se régénérer. Quelques conseils.

Sans vie sous terre, pas de vie sur terre

Est-il besoin de rappeler ce qui nourrit arbres, plantes et cultures diverses ?Les sols emmagasinent l’eau et les éléments (sels minéraux et azote) qui nourrissent les plantes via leurs racines. Ces éléments sont issus de la décomposition de tout ce qui tombe sur le sol, végétaux ou animaux. Les nombreux et divers organismes qui forment la faune souterraine transforment cette matière organique en humus. L’humus est la partie du sol proche de la surface. C’est un véritable terreau pour toute plantation, un concentré d’éléments nutritifs.Outre la décomposition organique, les plus gros spécimens de cette faune permettent l’aération des sols. Le ver de terre est le principal artisan de ce titanesque travail de jardinier. À lui seul, il représente au moins 60% de la biomasse terrestre !

Ce qui est vivant a besoin de repos

Les sols fatiguent et s’appauvrissent, ils ont besoin d’entretien. Surexploitation, monoculture d’une plante, utilisation d’engrais chimiques ou traitement des mauvaises herbes nuisent à cette faune souterraine et à la diversité microbienne. Quant au labour, il expose les vers de terre à la surface, les oiseaux s’en délectent. Certains terrains peuvent montrer un déficit de 30% en lombrics.La terre a besoin de repos pour se régénérer avant son prochain semis. Une pratique connue depuis longtemps, qui trouve ses racines écrites dans la bible.

Jachère ou friche ?

On a coutume d’appeler jachère l’absence de culture ou de jardinage de la terre. Mais la jachère est plutôt la préparation du sol pour les cultures et semis à venir. Fruits, légumes, fleurs, toutes les plantes sont concernées.La friche est un sol laissé à l’abandon, souvent en herbe et servant de pâturage pendant au moins une année. Comme le principe, cette confusion est ancienne. Elle est sans doute le fait que le repos de la terre ne signifie pas toujours son abandon. Le sol se repose, mais le jardinier a du travail.

Jachère terre nue ou plantée

Le choix se fait en fonction de la nature du sol de votre jardin, et de votre envie de jardiner ! Pour une jachère nue, la terre est débarrassée des plantes, et décompactée sur 30 cm pour favoriser l’oxygénation. Vous pourrez laisser pousser les mauvaises herbes. Il est possible de procéder par bandes si vous souhaiter garder de la surface à cultiver.La jachère plantée (ou fleurie) est davantage répandue dans le monde du jardinage. Le principe est la culture de plantes ou fleurs qui vont attirer des insectes, et enrichir le sol. Une technique bio pour permettre à la terre de retrouver son équilibre. Cette période de repos va durer quelques mois, pour passer l’hiver jusqu’au printemps. Elle peut aussi s’étendre sur toute une année, voire plus.

La jachère, une bio-régénération

La terre de votre jardin ou potager n’est pas que minérale. Cette vision a largement conduit à l’utilisation massive d’engrais de synthèse. Erreur. La terre est aussi vivante que les arbres, arbustes et fleurs qu’elle accueille. Racines et bulbes se nourrissent de la terre, il faut la nourrir à son tour, et sans semer. Compost et déchets verts seront au menu de cette période de repos de votre jardin potager.

La terre boit

À l’automne, votre sol sera possiblement très sec. Il faut l’aider à refaire son stock d’eau avant le printemps et le retour du soleil. L’équilibre est subtil. Une jachère très plantée consommera trop d’eau pour une bonne régénération. Une jachère nue exposera la terre au risque de lessivage et ruissellement de surface. Si vous choisissez le paillage, attention à l’épaisseur. Un paillage trop conséquent absorbe et détourne l’eau de pluie.

Le sol respire

Remuez la terre du potager, et ne pas la retourner. Ce qui est à 30 cm sous terre n’a pas à être en surface. Il faut décompacter pour répartir la matière organique. L’oxygénation du sol aide à transformer cette matière organique en minéraux qui seront assimilables par les racines des plantes.

Le sol mange

Ne vous contentez pas de laisser sur place les déchets des cultures précédentes, racines, bulbes ou feuilles, accélérez le processus nourricier. De la matière organique ayant déjà travaillé comme du fumier ou du compost est davantage indiquée. Litière de feuilles, résidus de taille des plantes ou autres déchets verts seront également les bienvenus. Et n’hésitez pas à alterner les « menus » d’une année sur l’autre.Apportez aussi des éléments minéraux naturels, avec du broyat d’huîtres par exemple.

Choyez votre sol, il vous le rendra

Prendre soin des êtres va de soi. Votre terre est vivante. Prenez-en soin et votre jardin potager vous le rendra, en vous offrant fruits, légumes et fleurs resplendissants.

Paysagiste en France : conseils en jardinage