La piscine semi-enterrée

Quand une personne se demande quelles formes de piscine pour son extérieur conviennent le mieux, la piscine semi-enterrée représente vraiment la solution idéale pour agrémenter son jardin avec un coin de baignade durable est esthétique.

En effet, elle est à mi-chemin entre la piscine hors-sol (facile à installer et à désinstaller) et la piscine enterrée (très viable et solide). Voyons plus en détails ce qu’est exactement la piscine semi-enterrée, les différents matériaux qui peuvent la composer, les autorisations nécessaires à son installation, ainsi que ses avantages et ses inconvénients.

Qu’est-ce qu’une piscine semi-enterrée ?

Une piscine semi-enterrée est un compromis entre la piscine qui est totalement enterrée et celle dite hors-sol.

Elle est constituée d’une partie totalement enfouie dans le sol, tandis que l’autre partie reste visible.

Le terrain qui l’accueille doit donc être bien stable ou il faut prévoir un terrassement. Mais ces travaux s’avèrent moins compliqués que ceux du bassin enterré. Et le bassin semi-enterré s’adapte très bien aux terrains avec du relief ou en pente.

De plus, puisqu’elle possède un rebord plus haut que le sol, ce genre de piscine est plus sécurisante, mais cela n’empêche évidemment pas d’y installer tous les dispositifs de sécurité prévus par la loi.

Quels peuvent être ses matériaux ?

Un bassin semi-enterré est bien souvent proposé en kit se composant de panneaux modulaires à assembler entre eux (et qui formeront alors la structure de la piscine).

  • Le bois est le matériau le plus répandu pour ce genre de bassin. Il apporte un côté très esthétique tout en étant à un prix avantageux. Mais il craint tout de même l’humidité donc il faut le choisir composite ou traité autoclave.
  • Le métal, généralement l’acier, s’avère moins sensible aux mouvements de terrain et à l’humidité que le bois. Mais plus résistant et moins esthétique, la partie visible d’une telle piscine en métal est souvent recouverte de bois.
  • Le béton permet de se rapprocher le plus de la piscine enterrée. Très solide et robuste, le bassin semi-enterré en béton nécessite des travaux de gros oeuvre pour creuser la piscine et couler le béton. Ce matériau exige donc de faire appel à des professionnels.
  • Quant à la piscine semi-coque enterrée, elle existe en résine ou en polyester. Elle est très intéressante car elle est livrée toute prête au domicile.

Faut-il des autorisations pour son installation ?

Comme pour toute installation d’une piscine privée, le bassin semi-enterré peut nécessiter une demande d’autorisation préalable auprès de la mairie suivant les cas.

  • Pour un bassin de 10 m², aucune demande d’autorisation n’est nécessaire sauf si le terrain est un site classé (ou en voie de classement), dans un secteur sauvegardé ou dans une réserve ou un parc naturels.
  • Pour un bassin compris entre 10 et 100 m², il faut déposer une déclaration préalable en mairie.
  • Et pour une piscine de plus de 100 m², il vous faudra un permis de construire.
    Vous ferez attention également aux règles d’urbanisme communales qui peuvent imposer des restrictions.

Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Se rapprochant beaucoup de la piscine enterrée, le bassin semi-enterré dure mieux dans le temps et apporte plus de confort. Il a également un avantage esthétique dans le jardin et propose différentes profondeurs comme pour la piscine enterrée. De plus, souvent avec des finitions en bois, ce genre de piscine s’intègre très bien et donne même un certain cachet à l’extérieur. Mais encore, son installation est plus rapide et moins compliquée que le bassin enterré. Le bassin semi-enterré a aussi l’avantage de demander moins d’entretien car sa surélévation empêche les feuilles et les saletés de se déposer.

Et enfin, il a un coût moins important qu’une piscine classique.
Au niveau des inconvénients, le bassin semi-enterré nécessite quand même un terrassement ou un remblaiement que ne demande pas la piscine hors-sol. A noter que ces travaux peuvent être compliqués par la nature du terrain (humide ou rocheux par exemple). Et une fois installé, le bassin semi-enterré ne peut plus être déplacé ou démonté. Ces contraintes exigent donc de bien analyser la nature du terrain et de bien choisir l’emplacement du bassin.

Paysagiste en France : conseils en jardinage