Le potager en trou de serrure

Le jardin en trou de serrure est une méthode de culture mettant en œuvre plusieurs principes de permaculture à la fois. Il s’agit d’un petit jardin surélevé et circulaire, dont le centre comprend un composteur intégré. Outre son arrosage limité, il permet d’obtenir une production potagère élevée sur de petites surfaces, sans dépendre de la nature du sol.

Découvrez dans cet article tous les avantages de ce système de culture ancestral.

Le principe du trou de serrure

À l’origine, ce concept de petit jardin productif a été élaboré par l’ONG « Send a cow ». Il a été conçu pour cultiver dans les régions arides de l’Afrique, afin de rendre les villages autosuffisants.

Procédé ingénieux, il tient son nom de sa forme : il s’agit d’un potager circulaire surélevé, dont le centre est constitué d’une zone de compostage. Elle est accessible par une ouverture, formant une sorte de trou de serrure. Généralement, la structure se situe entre 0,60 et 1 m de hauteur, pour 3 m de diamètre, dont 1 m pour la colonne centrale.

Les avantages du jardin en trou de serrure

La forme originale du keyhole garden n’est pas seulement esthétique : elle favorise les effets de bordure et la création de micro-climats, propices au développement de la biodiversité.

Sa petite surface surélevée permet de travailler tout autour, sans avoir à se fatiguer le dos. Son centre met à disposition une zone de compostage facilement accessible, permettant ainsi de recycler les déchets ménagers.

Mais la véritable ingéniosité de ce système est son autonomie. En effet, il se compose d’un support de culture de plusieurs couches, qui en se décomposant apportera les éléments nutritifs nécessaires aux cultures et limitera les amendements extérieurs.

Conçu pour les régions arides, son système est fait pour optimiser les arrosages. Des cheminées d’humidification sont réparties dans la terre sur toute la hauteur, de façon à récupérer plus facilement la rosée. Lors des arrosages, l’humidité est alors concentrée au cœur du dispositif, limitant ainsi les besoins en eau.

Un composteur intégré

Un jardin en trou de serrure comporte toujours un composteur. Placé au centre du cercle comme une tour, il tient un rôle principal dans la structure, en permettant les échanges entre le compostage et les plantations tout autour. Il assure ainsi un apport nutritif en continu pour les plantations !

Les vers de terre et autres insectes décomposeurs peuvent circuler librement entre le composteur et le substrat. Ils diffusent ainsi des nutriments dans l’ensemble du système, de façon lente et harmonieuse.

L’ouverture du jardin en trou de serrure permet d’y accéder facilement, et de l’alimenter régulièrement de toutes sortes de matières organiques (déchets de cuisine, déchets verts…)

Le support de culture

En Afrique, les keyhole garden sont garnis d’une simple couche de paille, de terre végétale et de compost.

En France, le substrat est semblable à la culture en lasagnes, et se compose de plusieurs couches successives :

  • Du carton, pour limiter la pousse des adventices,
  • Des pierres pour le drainage (selon la nature du sol et si climat humide et pluvieux),
  • Des branchages et troncs d’arbres en décomposition,
  • Un mélange de matières brunes et vertes broyées (tonte, sciure, BRF, feuilles mortes…)
  • Du fumier ou du compost mûr,
  • Des cendres de bois (apport de potassium et phosphore),
  • Du terreau ou de la terre végétale,

Enfin, vous pourrez terminer par une couche de mulch organique pour protéger votre montage !

Faire un keyhole garden chez soi

À la base, le keyhole garden a été conçu et pensé pour une situation précise : la production vivrière en zone aride. À vous de l’adapter à votre situation : chacun peut construire son jardin en trou de serrure selon les moyens dont il dispose, son contexte et ses ressources sur place !

Choisir le bon emplacement

Semblable à la culture sur buttes, l’emplacement est essentiel pour la bonne productivité du jardin. Une fois installé, il est difficile à déplacer ; il doit donc faire partie de votre design global, afin d’être en synergie avec les autres éléments de votre projet.

Placez-le de préférence sur une zone de passage fréquents, ou proche d’un endroit où sera produite la matière organique, de façon à ce qu’il puisse être alimenté régulièrement en compost.

Selon ses matériaux (pierres ou briques de récupération), ce petit jardin emmagasine de la chaleur toute la journée. Les pierres la restituent alors la nuit tombée, et maintiennent une température parfaite pour garder la terre au chaud. Pour favoriser ce processus, il est préférable de placer l’entrée de la serrure au Nord où à l’Est.

Le montage de la structure

Dans un premier temps, matérialisez l’emplacement du keyhole garden en délimitant le diamètre extérieur de votre choix (entre 2,50 et 3,50 m) et celui du composteur central (de 50 cm à 1 m de diamètre selon le volume du compost).

Il faudra ensuite fabriquer la colonne qui formera le composteur central. Peu importe le matériau, l’important étant de permettre aux insectes décomposeurs et aux auxiliaires de traverser la paroi. Il peut s’agir de piquets de bois espacés, d’un tressage de rameaux souples, de canisses, de palettes de récupération, de grillage à poules…

Construisez ensuite les bordures avec les matériaux que vous aurez choisis : pierre sèche, brique en terre cuite, planches de bois… Puis, remplissez votre structure avec différents substrats comme vu précédemment.

Si votre climat est trop sec, votre structure nécessitera l’installation de cheminées d’humidifications, idéalement faites de fagots de bois imputrescibles. Pour ce faire fractionnez l’espace de culture en 3 parties égales, puis plantez une cheminée au centre de chaque partie. Elle doit toucher le fond du potager et dépasser d’au moins 20 cm au-dessus de la terre.

Avec son excellent rendement, le jardin en trou de serrure est également adapté aux environnements urbains ou aux jardins participatifs, et peuvent même servir de support pédagogique sur le cycle du vivant !

Paysagiste en France : conseils en jardinage