Aménager un jardin-forêt

Le jardin-forêt, aussi connu sous les noms de forêt-comestible ou forêt nourricière, est un écosystème forestier qui conjugue les techniques d’agroforesterie et de permaculture. Peu importe le terrain, cet écosystème permet de créer un jardin à la fois abondant en récolte et durable pour l’environnement.

Mais comment le créer ? Quelles sont les étapes à absolument respecter pour mener à bien ce projet ?

Jardin-forêt : qu’est-ce c’est ?

Pratiquée depuis la préhistoire, le jardin-forêt ou forêt comestible est une technique qui vise à cultiver plusieurs arbres et plantes sur une même parcelle. Elle reproduit l’écosystème que l’on retrouve dans les forêts juvéniles. Fortement implantée dans les régions tropicales et semi-tropicales, elle n’apparaît en Europe que dans les années 1960 grâce à Robert Hart. Il a transposé et développé cette technique en l’adaptant à nos régions tempérées.
D’après lui, le jardin-forêt doit être composé de sept strates :

1. La première couche, appelée « Couche de canopée » : elle se constitue de grands arbres supérieurs à 15m. Il s’agit principalement d’aulnes, d’acacias ou bien encore de chêne. Ces derniers apportent de l’ombre et protègent la strate située en dessous ;
2. La strate arborée basse : elle est composée d’arbustes de taille moyenne et d’arbres fruitiers (pommiers, pêchers..) ;
3. La strate arbustive : ce sont les buissons fruitiers, comme les arbustes à noix ainsi que les petits fruits (cassis, framboisiers…)  ;
4. La couche herbacée : c’est ici que se trouvera les légumes, les herbes vivaces et les plantes de sous-bois ;
5. La couche couvre-sol : elle comprend les plantes comestibles qui poussent de manière horizontale (menthe, fraises…). Ces végétaux vont permettre de protéger le sol face à la chaleur et à la sécheresse ;
6. La rhizosphère : composée des plantes que l’on cultive pour leurs racines et leurs tubercules.
On y retrouve des légumes tels que le topinambour ou bien le poireau ;
7. La strate verticale : elle comprend les plantes grimpantes comme les vignes. Celles-ci permettent de lier ensemble les différentes strates ;

Les étapes pour aménager un jardin-forêt

Créer un jardin-forêt n’est pas un travail de tout repos. Pour partir sur de bonnes bases et réussir votre projet, il faudra bien suivre ces différentes étapes.

Observer et analyser son terrain

Il est possible de réaliser une forêt comestible aussi bien en milieu urbain qu’à la campagne. Mais avant de vous lancer dans la création de votre jardin-forêt, il faut prendre le temps d’étudier votre terrain.

Vous devrez vous concentrer sur les éléments suivants :

  • La superficie de votre terrain ;
  • L’exposition par rapport au soleil ;
  • La nature du sol (argileux, sec…) ;
  • L’exposition par rapport aux vents ;
  • Son relief (plat, en pente, creux, vallonné..) ;
  • La densité de pluie annuelle ainsi que l’écoulement de l’eau.

Dans le cas où votre projet de jardin-forêt se situerait en milieu urbain, il est important de se renseigner sur les réglementations en place dans votre commune. Pour éviter les risques de litiges avec vos voisins, prenez le temps de consulter le plan local d’urbanisme.

Définir le design de son jardin

La réussite de son jardin-forêt passe aussi par son design. Une conception réalisée de manière intelligente aura plus de chance de réussir.

Pour cela, il faudra tout d’abord déterminer le nombre de strates que vous réaliserez. Suivant la taille de votre jardin, il ne sera pas possible de toutes les réaliser. Même si le jardin-forêt est adapté pour les petits et grands terrains, il est recommandé de se concentrer sur trois ou quatre strates.
Si souhaitez intégrer un potager dans votre jardin-forêt, il est conseillé de le placer le plus proche de votre habitation. De préférence en direction sud afin d’avoir le meilleur ensoleillement possible.

Créer les associations de plantes

Le choix de vos plantes est une étape clé dans ce projet. Cela demande une bonne connaissance du compagnonnage. Il faudra mettre en place de bonnes associations de plantes afin d’obtenir de bons rendements.

Préparer le terrain

Afin de pouvoir planter votre jardin-forêt, il sera nécessaire d’enrichir votre sol afin que celui-ci soit fertile. Pour cela, il faudra utiliser du paillage, aussi appelé « mulch ».

Matière organique, il se dégrade et se transforme en humus notamment avec l’aide des organismes qui vivent dans le sol. Il devra être choisi en fonction de la nature du sol.

Des engrais verts peuvent aussi être plantés pour apporter un supplément en azote.

Planter

La dernière étape est la plantation des différentes espèces végétales. Les plantes les plus répandues sont celles de la famille des vivaces et des rampantes. À cela, il faudra rajouter des végétaux essentiels :

  • Des arbres appréciant le contact direct avec le soleil, tels que les arbres fruitiers (pommier, cerisier, poirier…) ;
  • Des arbustes pouvant être plantés en zone de demi-ombre ;
  • Des arbustes produisant des baies comestibles comme les groseilliers ou les cassis.
  • Des plantes grimpantes : pour gagner de la place, n’hésitez pas à faire pousser des vignes ou bien encore des mûres.

L’aide d’un paysagiste professionnel peut être envisagée pour l’aménagement d’un jardin-forêt. Ses compétences et connaissances dans le domaine permettront d’obtenir un résultat optimal !