Polycultures et compagnonnage des plantes : le principe

En permaculture, le compagnonnage des plantes est une technique de polyculture où, au sein d’une même parcelle, différentes plantes sont associées entre elles selon leur complémentarité.

Découvrez les avantages de mettre en place le compagnonnage dans votre potager et nos conseils sur les meilleures associations de plantes à réaliser !

Compagnonnage des plantes : en quoi consiste t-il ?

Le compagnonnage existe depuis des millénaires et est aujourd’hui utilisé en agriculture biologique. Cette pratique, basée sur l’observation, a mis en évidence que certaines plantes sont bénéfiques les unes pour les autres. Elles deviennent donc des plantes compagnes. Au contraire, certaines associations seront néfastes et sont à proscrire.

Employé principalement pour des cultures potagères, le compagnonnage de plantes a pour but d’optimiser la croissance et le rendement des légumes. Son utilisation permet aussi de réduire sensiblement l’usage de produits phytosanitaires, comme les engrais chimiques et les pesticides.

Quels sont les avantages du compagnonnage ?

En instaurant le compagnonnage dans votre potager, celui-ci apportera de nombreux bénéfices à vos cultures :

  • Il aide à réduire l’utilisation d’engrais et de pesticides : certaines plantes étant des répulsifs naturels contre les parasites et les insectes nuisibles, vos plantes résisteront aux maladies comme le mildiou ;
  • Il permet l’enrichissement naturel du sol : les légumineuses apportent une source d’azote aux plantes qui en ont le plus besoin (épinard, choux..) ;
  • Il optimise l’espace et de la durée des cultures : les légumes à la croissance lente et ceux à la croissance rapide sont cultivés au même endroit  ;
  • Il améliore de la qualité gustative des plantes : le poireau donne un goût plus sucré aux courgettes ;
  • Il rend certains légumes plus faciles à digérer : combiner du chou avec de la menthe poivrée permet de l’adoucir ;
  • Certains légumes auront un développement plus rapide et seront plus résistant ;
  • Il augmente la pollinisation dans le potager : certaines plantes attireront les insectes pollinisateurs comme les abeilles et favoriseront la pollinisation des fleurs de vos plantes potagères (tomates, haricots, aubergines…) ;
  • Il permet de cultiver des plantes hautes et basses (comme les haricots et la laitue) au sein d’une même parcelle. Les espaces racinaires sont ainsi colonisés au maximum.

Les associations de plantes en compagnonnage

Il existe trois principes à connaître absolument pour bien démarrer le compagnonnage et avoir un potager en bonne santé :

  • Les plantes de la famille des Apiacées (fenouil, céleri, carotte, persil…) se protègent mutuellement ;
  • Les légumineuses, riches en azote, sont à placer proche des tomates et des plantes de la famille des cucurbitacées, qui ont un fort besoin de ce gaz ;
  • Les légumineuses ne doivent pas être placées proche des plantes de la famille des Liliacées (ciboulette, poireau) ;

Pour aller plus loin, nous vous proposons quelques exemples d’associations de plantes à réaliser mais aussi celles à éviter, sous peine d’obtenir une mauvaise productivité.

Les associations indispensables pour votre potager

De nombreuses fleurs et plantes aromatiques auront un impact positif sur vos légumes. Elles permettent d’éloigner les nuisibles, mais aussi de favoriser la biodiversité.

  • Le basilic : idéal pour les légumes tels que la tomate, l’aubergine, le poivron ou bien encore l’asperge. C’est un répulsif naturel contre les insectes comme les mouches et les moustiques ;
  • L’aneth : elle est efficace pour protéger les carottes ainsi que les concombres grâce à son parfum naturel ;
  • Le thym : cette plante aromatique protège les choux et les brocolis, qui sont sensibles aux mouches blanches ;
  • L’œillet d’Inde : avec sa forte odeur, il protège quasiment toutes les plantes de votre jardin ;
  • La bourrache : c’est une plante permettant d’attirer les abeilles et de faire fuir de nombreux nuisibles (limaces, doryphores, vers). N’hésitez pas à la planter près des pommes de terre, des courgettes , des choux, des tomates ou bien encore des fraisiers ;
  • La capucine : anti-pucerons naturel, elle s’accorde très bien avec des légumes tels que les radis, choux et tomates. Elle permet aussi d’éloigner les punaises sur les courgettes et les citrouilles.

Ces plantes ont chacune des besoins différents (entretien, eau, nutriments..) qu’il est important de prendre en considération. Il faut donc veiller à ne pas multiplier les associations, dans quel cas le compagnonnage n’aura aucun effet sur votre potager.

Les associations à éviter !

Plusieurs végétaux ne font pas bon ménage avec certains légumes. Il est important de ne pas les associer,  au risque de gâcher les cultures de votre jardin.

  • Les plantes de la même famille : elles risquent de se polliniser entre elles et engendreront une perte de récolte ;
  • La pomme de terre ne doit pas entrer en contact avec les plantes de la famille des cucurbitacées, ni avec les aubergines et les tomates ;
  • Le poireau est à éviter avec l’échalote, l’oignon, l’ail et le petit-pois ;
  • La tomate n’est pas à mélanger avec le fenouil ou les haricots ;
  • La betterave est incompatible avec les carottes et les haricots.

Vous avez maintenant entre vos mains, toutes les informations nécessaires pour débuter le compagnonnage dans votre jardin. Mais cette technique n’étant pas une science exacte, n’hésitez pas à tester d’autres associations.