Quels matériaux choisir pour sa clôture ?

Délimiter sa propriété peut se faire au moyen de divers matériaux, chacun ayant ses atouts et ses inconvénients. Le grillage est très souvent utilisé. Il forme un treillis constitué de fils d’acier inoxydable qui ont été galvanisés et rendus souples.

Commercialisé en rouleaux, il se fixe sur des poteaux ou des piquets circulaires. On peut aussi opter pour des panneaux de grillage où les fils d’acier sont doublés d’une épaisseur de plastique coloré. Peu coûteuse, la solution du grillage offre une protection rudimentaire qui est loin d’égaler la solidité d’autres matériaux. La pierre fait partie des options plus fiables pour marquer la limite de votre propriété. Il s’agit d’un matériau noble et authentique qui ajoute une note vintage à votre clôture. Dans une optique écologique, vous pouvez choisir de faire édifier un mur en pierres sèches. Cette construction sans liant permet d’intégrer des pierres locales à votre clôture et met en valeur un savoir-faire artisanal ancestral. Dans le même esprit, la pose d’une clôture par un paysagiste est un moyen de faire appel à la créativité d’un professionnel qualifié. Une haie végétalisée est en effet idéale pour personnaliser sa clôture et favoriser la biodiversité.

Choisir une clôture en matériaux composite

A l’image de la clôture végétale qui peut être associée à un grillage, certaines délimitations mêlent plusieurs matériaux. Un muret en pierre ou en béton peut constituer un excellent support pour mettre en place une clôture mixte. Cette dernière comprendra au choix des panneaux en PVC, en alu, en bois voire en fer forgé. Le PVC vous garantit un très bon rapport qualité/prix pour une solidité relative. Plus design, l’aluminium est doté d’une longévité qui le rend particulièrement rentable. Les panneaux de bois prennent diverses formes, ce qui vous offre un large choix en matière d’ornementation. Cette clôture peut arborer des rondins de bois, des chevrons ou autres figures géométriques.

Le résultat sera chaleureux et naturel. Le fer forgé peut également être intégré à une base minérale. Très décoratif et destiné à durer, ce matériau subit en général un traitement anti-corrosion au préalable. Moins connus que les solutions précédentes, les gabions ont néanmoins des atouts intéressants pour créer des murs bas. Ces casiers métalliques emplis de pierres résistent aux chocs avec souplesse et laissent percoler l’eau en cas de très fortes pluies. Leur coût est raisonnable pour peu que vous disposiez de pierres non gélives sur place.

Quel choix des matériaux de clôture et entretien ?

Chaque option nécessite un minimum de soins pour pouvoir durer longtemps. La clôture en PVC ou aluminium est peu exigeante : un simple nettoyage sans produits trop détersifs de temps à autre suffit à l’entretenir. La pierre et le béton peuvent être décrassés au printemps avec un nettoyeur à haute pression. Il faut cependant faire preuve de prudence avec la pierre naturelle taillée qui est plutôt délicate. Les haies végétales, le bois et la clôture en fer forgé réclament davantage d’entretien :

  • certaines espèces de plantes poussent vite. Si votre haie est constituée d’aubépine ou de houx vert, il faudra la faire tailler souvent.
  • Le bois, en palissade ou en panneaux, peut rester intact grâce à une ou deux couches de lasure annuelles. Si vous préférez le vernir, il faudra décaper vos panneaux auparavant.

En ce qui concerne la clôture en fer forgé, elle est normalement traitée en amont pour résister à la rouille. Cependant, la peinture laquée en surface s’écaille au fil du temps et des intempéries ! Il faut alors décaper et en appliquer une ou deux nouvelles couches.

En savoir plus :